Ceci n’est pas un article (On ne peut plus rien dire)

Si j'ai commencé ce blog pour occuper une solitude rébarbative et satisfaire une égo capricieux plus que pour venir à bout du capitalisme je me suis au moins efforcé de le faire sincèrement. Quel que soit mes malices, mon egotisme, mes maladresses ce blog est la transcription au plus juste de ma vie d'ouvrier.     Sur … Lire la suite Ceci n’est pas un article (On ne peut plus rien dire)

Le masque et la plume. Les indispensables.

soigneusement rangé dans mon sac cette attestation employeur dûment signé par le nouveau DRH dont je n'ai pas encore retenu le nom qui a été distribué à tout le personnel, dans ses deux versions successives, en début de semaine et qui établi que je suis moi aussi ouvrez les guillemets indispensable fermez les guillemets à l'activité productive d'un abattoir de volailles lui même indispensable à la nation francaise

J’attends

1 titulaire croisant à l'embauche un intérimaire devant le bureau des chefs"Qu'est ce tu fais ?""J'attends.""T'attends quoi ?""J'attends de savoir.""De savoir quoi ? ""De savoir ce que j'attends. ""T'attends sans savoir ?""Je sais que j'attends.""Mais tu sais pas ce que t'attends ?"Si je savais ce que j'attends, je resterais pas là à l'attendre."

La reprise du travail à l’usine Wonder ou « Je ne retournerais pas dans cette tôle ».

Le 9 Juin 1968 une équipe d'étudiant. es en cinéma à L'IDHEC vient poser sa caméra à l'entrée de l'usine Wonder. Celle ci est occupée depuis 3 semaines par les salariés qui viennent de voter la reprise du travail. Pourtant une ouvrière vient pour dire que justement elle ne viendra pas, qu'elle ne remettra pas … Lire la suite La reprise du travail à l’usine Wonder ou « Je ne retournerais pas dans cette tôle ».

L’accroche

(Texte initialement paru ici http://romanintimeetgauche.blogspot.com/search/label/Vie%20d%27ouvrier Avertissement cet article comporte des scènes de Description d'un abattoirRécit avec épisodes multiples(Quand il se raconte, le réel est une fiction commme une autre) L'année suivante je représentais ma candidature pour travailler l'été, dans la même usine. Je fus repris, dans le même atelier.  Le premier jour je pris la … Lire la suite L’accroche